Etes-vous un manager qui pousse ou un manager qui tire ?

16 juillet 2013 • Christian Becquereau

Curieuse question n’est-ce pas !

Catégoriser les managers en « managers qui poussent » et en « managers qui tirent » est un prétexte pour aborder le métier de « manager d’Hommes », sous un autre angle.

La majorité des managers ont envie d’être des acteurs, notamment en menant des Hommes vers des réussites dans les meilleures conditions. Ce sont les managers qui poussent essentiellement.

Les managers qui ont choisi ce métier pour le statut social, parce que c’est une évolution dans la société, auront tendance à adopter un management qui tire.

Les managers qui poussent agissent comme s’ils étaient missionnés. Qu’est-ce que cela veut dire ?

  • · Ils poussent leurs collaborateurs à agir (tellement quelque fois que ceux-ci manquent d’espace pour exprimer tout leur talent…).
  • · Leur management les pousse jusqu’à dire à leurs collaborateurs comment faire (sans se douter qu’un processus différent rendrait leur collaborateur plus efficace…).
  • · Ils poussent jusqu’à se substituer à leurs collaborateurs (au risque d’aller vers l’épuisement).

Leur générosité est une incontestable qualité qui les rend attachants et alimente leur leadership. Sauf qu’entre-parenthèses, ci-dessus, je souligne les effets pervers générés par le « management qui pousse » quand le curseur est à fond !

Quant aux managers qui tirent, ce seront les managers dont la motivation principale est le statut social. Pour eux, le management est plus un moyen qu’une finalité. Leur engagement peut être total dans leur mission sans qu’ils se sentent engagés vis-à-vis de leurs collaborateurs.

  • · Cette distance peut les amener à laisser leurs collaborateurs tirés par les objectifs qu’ils ont à atteindre (leurs collaborateurs peuvent se sentir seuls dans les moments difficiles).
  • · Ces managers vont tirer les performances en manageant l’efficacité, le rythme, la vitesse, les processus (leurs collaborateurs peuvent manquer d’énergie dans la durée).

Là aussi, à chaque fois, des effets pervers peuvent surgir quand le curseur du « management qui tire » est poussé à fond.

Si vous identifiez votre management à l’une de ces 2 catégories, vous avez intérêt à revisiter votre management pour procéder à un léger rééquilibrage. Volontairement, je précise « léger » car avec l’expérience vous avez déjà trouvé des aménagements qui limitent les effets pervers.

Et maintenant quoi ? So what ? Lanceraient nos amis américains ?

L’Ecole du Management des Hommes® a osé appeler sa méthode le management complet®.

L’exercice du management complet® consiste à exercer les 4 styles de management dans chacun des actes managériaux. Et comme 2 d’entre eux sont du ressort du management qui tire et que les 2 autres sont du ressort du « management qui pousse », la pratique du management complet® rééquilibre le management à chaque acte managérial.

||||| Like It 1 J’aime ! |||||

Ecrire un commentaire

 (OBLIGATOIRE, MERCI)