Déjouer le Burn Out !

Fin des années 70, Herbert Freudenberger, nous révèle [1] ce qu’est le «burn out» et ses mécanismes. Nos cousins Québécois ont traduit «burn out» par «brûlure interne».

Cet éminent psychothérapeute adopte une manière originale pour définir le burn out. Il présente son mécanisme par une équation : «le burn out se déclare lorsque la somme des efforts fournis est inversement proportionnelle à la récompense reçue, il devient impératif d’équilibrer l’équation d’une manière quelconque».

Mettre en équation un mal psychologique est original et invite à «jouer» avec les paramètres de cette équation, juste pour voir… C’est ce que tente ce billet.

Dans la majorité des cas, le burnout est la conséquence du déséquilibre entre les deux grands domaines de notre vie : notre vie professionnelle et notre vie familiale.

A l’approche d’un burnout, nombre de personnes ont leur instinct de survie qui les amène à prendre des décisions pour échapper au burn out. Cela se traduit par une fuite soit du job soit de la famille. Si cette fuite permet d’échapper au burn out, l’intéressé risque de reproduire de nouveau ce déséquilibre dans son nouvel environnement. Ce qui le précipitera vers un nouveau burn out. Il pourra, bien sûr, fuir encore… Cette voie n’est pas très satisfaisante.

Voyons une autre solution au regard de l’équation. Le burn out de cette personne trouve son origine dans le domaine professionnel. Son surinvestissement l’a amenée à l’épuisement. Pour rééquilibrer l’équation «effort/récompense reçue», plutôt que fuir, une autre voie consiste à diminuer ses efforts dans le travail. Cela se traduit par baisser son niveau d’investissement dans le travail. Alors effectivement, la balance [effort / récompense reçue] se rééquilibre.

Mais il y a un «mais»… La diminution de l’investissement se traduit par la réduction du périmètre de responsabilité, déléguer davantage, mieux gérer ses priorités, faire des impasses Seulement, ce désengagement se traduit par une perte de plaisir. Cette option procure de drôles de sentiments, celui d’inutilité ou de sous emploi, voire une certaine tristesse, etc. La perte de plaisir transforme en effort ce que l’on se contente d’assumer. Notre équation a tendance à retrouver son déséquilibre d’origine et à renouer avec le burn out.

L’effet de cette option sera réduit ce qui fait que notre candidat risque d’être rattrapé par le burn out.

Ni la piste de la fuite ni celle de réduire son implication ne sauvent vraiment du burn out. Puisque que H. Freudenberger nous propose une équation, jouons avec ses paramètres. Nous avons agi sur le paramètre «effort», tentons d’agir sur l’autre paramètre «la récompense reçue». L’équation se termine par: «il devient impératif d’équilibrer l’équation d’une manière quelconque». H. Freudenberger nous donne l’autorisation d’expérimenter toute formule.

Est-il possible d’agir sur le niveau de «récompenses reçues» ? A première vue, c’est l’affaire de la hiérarchie, non ?

En coaching, des managers nous disent qu’ils ne se sentent pas suffisamment reconnus. Ce déficit de «récompenses reçues» est l’objet de souffrance. Voyons à travers la pyramide de A. Maslow comment reprendre en mains notre destin (!)

Même si vous n’êtes pas sujet au burn out, si cependant vous estimez que votre investissement professionnel ne vous met pas à l’abri de l’épuisement, à chaque niveau de la pyramide de Maslow, voyez s’il y a matière à un plan d’actions ? Choisissez des actions simples, faciles que vous pouvez tenir.

Besoins physiologiques

  • – est-ce que je prends assez de repos ?
  • – est-ce que j’alterne les tâches fatigantes avec les tâches qui me donnent de l’énergie ?
  • – est-ce que je fais un minimum d’activité physique ?

Sécurité

  • – mes priorités sont-elles à changer pour gagner plus d’argent ou être augmenté ?
  • – mes priorités sont-elles en ligne avec celles de ma hiérarchie ?
  • – est-ce que j’anime mon réseau chaque jour ?

Appartenance et amour

  • – qu’est que je fais, au quotidien, pour m’intégrer davantage dans mon environnement ?
  • – est-ce que mon action porte bien les valeurs de l’entreprise ?
  • – est-ce que je témoigne mon affection à mon environnement professionnel ?

Estime de soi

  • – est-ce que je remercie quelqu’un qui me fait un compliment ?
  • – est-ce que je fête mes succès ?
  • – est-ce que je guette ce que les autres font de bien pour les féliciter ?

Se réaliser

  • – est-ce que j’ai le souci de transmettre mon savoir-faire ?
  • – est-ce que j’ai de la gratitude quand je réussis ?
  • – qu’est-ce que j’apporte d’humaniste à mon environnement ?

Le questionnaire ci-dessus pourra aider le manager à élaborer un plan d’actions facile à tenir.

Les actions de la pyramide issues du questionnement, vont susciter de la reconnaissance de l’environnement. Le rééquilibrage de l’équation du burn out aura des conséquences d’autant plus grandes que ces «récompenses reçues» vont démultiplier la motivation de l’ex candidat au burn out.

Et vous !

Avez-vous vécu un  burn out ?

Avez-vous frôlé un burnout ?

Risquez-vous un burnout en ce moment ?

Avez-vous l’impression qu’un de vos collaborateur (ou manager) est au bord du burn out ?

Avez-vous une expérience réussie pour vous sortir du burn out ?

Partagez vos réponses avec d’autres managers dans la zone commentaire – MERCI pour eux. je vous répondrai.


[1] Son livre «La brûlure interne»

||||| Like It 1 J’aime ! |||||
Christian Becquereau | 1 septembre 2008

Commentaire

*